À propos

Le Centre de recherche sur les matériaux avancés (CERMA) de l’Université Laval (UL) se consacre à des études fondamentales ou appliquées visant à développer une variété de matériaux qui vont bénéficier à la société québécoise. Le mandat du CERMA est de faire avancer les connaissances fondamentales et appliquées en science des matériaux, de former du personnel hautement qualifié et de participer à l’écosystème d’innovation québécois. Les «matériaux avancés» désignent tout matériau qui offre un avantage par rapport aux matériaux conventionnels, que ce soit en termes de performances, d’application, de fabrication ou d’impact environnemental.

Le CERMA est un centre de recherche reconnu par la Commission de la recherche de l’Université Laval et fait partie depuis 2010 du Centre québécois sur les matériaux fonctionnels (CQMF), un regroupement soutenu par le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologie  (FQRNT).

Constitué de 18 membres-professeurs réguliers de l’UL, 93 étudiants, 15 stagiaires postdoctoraux et 5 professionnels de recherche et techniciens, le Centre regroupe des chercheuses et chercheurs issu(e)s d’horizons variés tels que la pharmacie, le génie électrique ou chimique, les sciences des matériaux, la chimie, la médecine ainsi que les sciences du bois. La présence de membres aussi diversifiés provenant de quatre facultés permet à chacun de trouver l’expertise nécessaire à l’avancement de ses travaux de recherche. De plus, les équipements que possède le centre sont mis à la disposition de tous les membres ainsi qu’à des utilisateurs externes aussi bien académique ou gouvernemental qu’industriel.

Historique et thèmes de recherche

Le CERMA est né en 2008, de l’évolution du centre précédemment appelé CERSIM (Centre de recherche en sciences et ingénierie des macromolécules) qui a maintenu une tradition d’excellence dans le domaine des polymères synthétiques et naturels depuis 1986. Le centre a vu progressivement ses thèmes de recherche s’élargir vers des matériaux de plus en plus diversifiés. Cette tendance se poursuit encore aujourd’hui de sorte que le CERMA couvre une gamme étendue de matériaux : des molécules biologiques aux molécules synthétiques en passant par les matériaux à l’état solide ou viscoélastique, les nanomatériaux et les matériaux hybrides. Les applications visées vont de l’énergie à la santé, en passant par l’industrie du bois, l’électro-optique et la photonique ou l’environnement.

Le CERMA hérite et perpétue une longue tradition de collaboration et de partage, notamment de son impressionnant parc instrumental, et qui s’appuie, depuis 34 ans, sur l’excellence de ses membres. Le CERMA peut également compter depuis ses débuts sur une gouvernance opérant en toute collégialité. Il apparaît aujourd’hui comme un centre mature qui a su renouveler son effectif professoral et adapter sa programmation scientifique aux besoins de la société changeante.

En plus de l’accès à de l’équipement de pointe et à l’expertise de chaque groupe de recherche, les étudiants ont la possibilité de présenter leurs travaux durant le Colloque annuel sous la forme de communications orales ou d’affiches scientifiques et d’assister à des conférences données par des chercheurs reconnus dans leur domaine. Le Colloque annuel est organisé par le Comité étudiant. Celui-ci est un acteur important qui permet aussi aux étudiants de participer à une Journée « technique » au cours de laquelle les membres présentent des instruments ou des techniques, ouvrant ainsi les perspectives des membres. En 2020 le Comité étudiant a développé des activités destinées à développer des compétences connexes comme un concours d’articles de vulgarisation ou un concours de courtes vidéos sur les projets de recherche des membres.

Les collaborations

Le CERMA est reconnu pour collaborer avec les entreprises dans leurs travaux de R&D. En plus de donner accès à son parc instrumental, le CERMA met à disposition des PME québécoises l’expertise de ses membres. Ceux-ci sont également très actifs et ont dans la majorité des cas des partenariats avec des entreprises pour des travaux collaboratifs. Le CERMA contribue ainsi au développement et à la vitalité économique de la région et à la résilience de son écosystème d’innovation. Ce mandat s’est vu conforté récemment par une subvention du Ministère de l’économie et de l’innovation visant à soutenir les plateformes technologiques stratégiques.

Dans ce contexte, le CERMA collabore étroitement avec Prima Québec, le pôle de recherche et d’innovation sur les matériaux avancés. Ce partenariat a donné naissance à plusieurs échanges et à l’organisation d’une activité de réseautage intitulée « bon point de repère ». Le CERMA ayant des orientations stratégiques qui intègrent le développement durable, il collabore également avec le Centre interdisciplinaire de recherche en opérationalisation du développement durable (CIRODD) dans le cadre d’activités liées à l’innovation durable.

Production scientifique

Les membres du CERMA publient en moyenne 120 articles dans des périodiques avec comités de lecture et accumulent près de 4,5 M$ de financement annuellement, dont près de la moitié implique des partenariats ou des contrats avec l’industrie. Ils totalisent également trois chaires de recherche et cinq financements d’infrastructure du Fonds canadien pour l’innovation (FCI).