École d’été en matériaux durables

École d'été du CERMA en matériaux durables

L’école d’été du CERMA est destinée à tous les membres et toutes les membres du CERMA. Elle vous permettra :

  • de vous initier au développement durable
  • d’acquérir des outils pour mieux intégrer les enjeux de durabilité dans vos projets de recherche
  • d’acquérir des compétences utiles pour votre future carrière
  • réfléchir sur l’impact des matériaux et comment les rendre plus durables

Cette école est constituée de présentations et d’ateliers. L’approche se veut globale et intègre des aspects sociaux et environnementaux (analyse de cycle de vie, impacts environnemental et social des matières premières et des rejets, aspects éthiques, rôle et impact de la technologie dans le développement durable).

  • Quand : jeudi 9 (journée entière) et vendredi 10 mai (matin) 2024
  • Lieu : salle 2320-2330 du Pavillon H.-G. Kruger
  • Inscription :  l’inscription est gratuite mais obligatoire. La date limite est le 1er mai à midi.

Un certificat de participation sera remis à toutes les participantes et participants à la fin de l’École.

Le diner du jeudi et les pauses-cafés sont offerts.

Les présentations seront données en français.

Programme

Lire la version PDF

Jeudi 9 mai

Your Content Goes Here

Élodie Boisselier, Pre, Directrice du CERMA

Thierry Lefèvre, Coordonnateur du CERMA

Daniel Forget, Conseiller en développement des affaires et de la formation, VRAIDD, Université Laval

Pour beaucoup, le développement durable (DD) semble un concept créé pour que dure le développement. C’est pas faux, et pas complètement vrai à la fois. Pour nous éloigner du « mal-développement », il est vrai que nous devons nous questionner sur la forme, sur un cadre commun pour orienter ce développement. En attendant une meilleure légitimité, les représentants de 193 pays du monde ont adopté 17 objectifs de développement durable (ODD, ONU 2015) comme balises. Que sont ces ODD, comment les prendre en compte dans nos activités, comment les utiliser pour un développement respectant à la fois la dignité humaine et la capacité de support de nos écosystèmes? Cette présentation reprendra sommairement la petite histoire du DD jusqu’à l’adoption des ODD. Pour être outillés face à l’ampleur de la tâche, vous seront présentés des « éléments d’une posture DD », un cadre de compétences à être développées pour résoudre les problématiques de DD de façon intégrée ainsi que quelques outils permettant l’analyse des forces, faiblesses, opportunités et menace en termes de DD.

Cloé Bouchard-Aubin, Conseillère en technologie et innovation, PRIMA Québec

Dans la course mondiale à la décarbonation, le Québec doit se doter d’objectifs qui lui permettront de s’investir dans le développement accéléré et la commercialisation d’une nouvelle génération de matériaux avancés et écoresponsables pour offrir des solutions rapides, évolutives et efficaces pour surmonter ce défi. PRIMA Québec est la figure de proue d’une démarche stratégique mettant à profit l’écosystème des matériaux avancés du Québec pour appuyer nos industries stratégiques dans leurs transitions écologique et énergétique, dans la décarbonation de leurs procédés et chaînes d’approvisionnement. La présentation consiste a mettre de l’avant le modele d’innovation collaborative prôné par PRIMA et de l’étayer par des exemples concrets de projets de recherche industrielle en lien avec les Objectifs de Développement Durable.

Apportez votre tasse !

Thierry Lefèvre, CERMA, UL

Cette présentation fera l’état des lieux sur l’utilisation de matériaux par les sociétés. Il s’agit d’une initiation aux notions d’empreinte matérielle et de métabolisme matériel. Nous verrons notamment l’ampleur des extractions de matières, la fraction qui est utilisée pour fabriquer les biens que nous consommons et les infrastructures et les quantités de déchets qui sont générées. Nous verrons également les impacts que la consommation de matériaux peut avoir et si les sociétés sont en passe, ou non, de dématérialiser leurs activités.

.

Carole Brunet, Département de mathématiques et de génie industriel, Polytechnique Montréal

Cette présentation traitera des différentes méthodes d’évaluation de la durabilité. Elle portera d’abord, d’un point de vue théorique, sur une comparaison entre l’approche ACV et l’approche des ODD. Ensuite, d’un point de vue pratique, on présentera l’exemple de l’analyse de la durabilité des centrales solaires en mettant en valeur l’importance du cadre contextuel, des échelles géographiques, et de la méthode qualitative dans l’analyse des impacts.

11h50 | Dîner

Robert Beauregard, Département de sciences du bois et de la forêt, UL

Est-ce qu’utiliser le bois est bon pour l’environnement? Est-ce que couper un arbre est mauvais? Est-ce qu’il y a des bénéfices environnementaux à utiliser du bois plutôt que du béton ou de l’acier dans la construction? Ce sont des questions que nous entendons constamment de la part du grand public. Comme chercheurs au Centre de recherche sur les matériaux à l’Université Laval, nous avons tendance à avoir des réponses convenues à ces questions, mais qu’en est-il au-delà des idées préconçues et des préjugés? C’est à cette dernière question que je tente de répondre en présentant mes recherches des quinze dernières années portant sur ces sujets. J’ai choisi la méthodologie de l’Analyse de cycle (ACV) de vie comme outil pour ce faire. Je présente la méthodologie de l’ACV et des résultats de recherche et quelques questions qui se posent pour le futur.

Claudia Déméné, Claudia Després et coll., École de design, UL

Le design, discipline de la conception (Vial 2014), joue un rôle important de la mise en oeuvre de l’économie. En effet, 80% des impacts environnementaux d’un produit sont déterminés lors du processus de conception (UE Science Hub, 2022). C’est à cette étape du cycle de vie que sont, entre autres, choisis les matériaux et technologies qui influenceront la durabilité du produit, c’est-à-dire sa capacité à durer dans des conditions définies d’utilisation, d’entretien et de réparation (HOP, 2022). Dans un contexte d’allongement de la durée de vie, les matériaux durables, dont aucune définition consensuelle n’existe à ce jour, pourraient être pertinents à explorer pour encourager la durabilité, la réparation et l’entretien. L’objectif de la présentation est de mettre en lumière, par le biais d’exemples d’appareils issus de l’industrie électronique et d’autres domaines, la façon dont les matériaux durables et la durabilité peuvent être en tension dans une perspective de minimisation des impacts environnementaux des produits. En termes de contribution à l’avancement des connaissances, cette recherche souligne l’importance de mieux outiller les designers de produits dans un arbitrage lors du processus de conception entre le choix de matériaux (durables) et de la technologie, la durée de vie d’un produit et les besoins des consommateurs.rices.

Apportez votre tasse !

Atelier de réflexion en groupes pour réfléchir aux moyens de réduire l’empreinte environnementale des matériaux. De quelles connaissances avons-nous besoin pour faire un choix éclairé avant de nous engagé dans les projets de recherche en matériaux ?

16h00 | Fin

Vendredi 10 mai

Pierre-André Lebeuf, Responsable Développement durable, Soprema

Comment les manufacturiers peuvent-ils concrètement contribuer à réduire l’impact carbone des matériaux de construction et accroître par le fait même la résilience des bâtiments? Par souci d’exemplarité à cette échelle importante de l’industrie de la construction, cette conférence se penche sur cette question et abordera plusieurs initiatives qu’un manufacturier peut concrétiser pour y parvenir.

  • Premièrement, cette conférence abordera la pensée du cycle de vie comme manière de concrétiser une démarche de développement durable.
  • Deuxièmement, cette conférence abordera la mise en application de l’écoconception dans le processus de développement de produits, notamment avec l’intégration de contenu recyclé.

Stéphane Roche, Département des sciences géomatiques, Directeur de l’Institut en environnement, développement et société

Cette conférence propose en deux temps, d’aborder les principaux enjeux organisationnels et sociaux de l’innovation sociotechnique. Dans un premier temps, nous reviendrons sur les différents modèles de diffusion et d’adoption des objets sociotechniques qui peuplent les organisations. Dans un second temps, notre attention portera sur les questions associées aux démarches de mise en œuvre des innovations sociotechniques dans les différents types d’organisations, ainsi que leurs implications et les facteurs qui les conditionnent. Nous insisterons en particulier sur le décalage persistant entre la vision courante des processus d’implantation des objets techniques et la réalité des organisations, en mobilisant pour les confronter à cette réalité, quelques concepts de sociologie des organisations fondamentaux. Nous nous interrogerons pour conclure sur la valeur sociale d’usage des innovations.

Apportez votre tasse !

Marie-Hélène Parizeau, Faculté de philosophie, UL

Résumé à venir

Au-delà de l,impact environnemental, quels sont les autres critères à considérer pour rendre les matériaux plus durables ?

12h15 | Fin

Programme de l’école d’été en matériaux durables

Consulter le programme

Outils

Les Objectifs de développement durable

Les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU font partie intégrante de l’Agenda 2030 pour le développement durable lancé en 2015 dans la foulée du Sommet de la Terre Rio+20 en 2012. Au nombre de 17, et accompagnés de 169 cibles et de 244 indicateurs, les ODD constituent un cadre qui oriente l’action internationale afin d’améliorer la qualité de vie des populations, tout en maintenant la capacité des écosystèmes à soutenir l’ensemble des formes de vie. Les ODD répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice.

Plan d’action sur la responsabilité environnementale en recherche

Contribuer à la protection de l’environnement est un devoir qui transcende tous les secteurs de la société, y compris le milieu scientifique. Pour accompagner les membres de la communauté scientifique au travers de cette responsabilité, les Fonds de recherche du Québec (FRQ) ont procédé le 26 janvier 2021 au lancement du Plan d’action sur la responsabilité environnementale en recherche Les Fonds de recherche du Québec. Voyez le Plan d’action.